CHASSEURS DE TETES par Jo NESBO

chasseurs de tetes

Présentation de l’éditeur

Roger Brown est le meilleur chasseur de têtes de Norvège : il fait subir aux candidats de véritables interrogatoires et ne laisse aucune place au hasard. Mais Roger a une faiblesse, sa femme, la splendide Diana… Voiture de luxe, vêtements de marque, loft immense, galerie d’art et vernissages au champagne, rien n’est trop beau pour elle. Pour financer sa vie privée, il dérobe des toiles de maîtres chez ses clients. Mais le jour où il décide de voler un Rubens à Clas Greve, qui avait pourtant le profil du parfait pigeon, les choses se gâtent. De chasseur, Roger devient proie et le pigeon se révèle être un terrible prédateur…

Biographie de l’auteur

Né en 1960, d’abord journaliste économique, musicien, auteur interprète et leader de l’un des groupes pop les plus célèbres de Norvège, Jo Nesbo s’est imposé sur la scène littéraire avec les enquêtes de l’inspecteur Harry Hole dont Le bonhomme de neige, bientôt adapté au cinéma.

Mon avis

Pour commencer, je ne connaissais pas l’auteur Jo Nesbo avant cette lecture, et je dois dire que j’ai été très bête de ne pas vouloir le découvrir plus tôt. J’ai pris une claque, l’auteur a une écriture vive, incisive et nous fait découvrir la Norvège sans faire baisser le rythme de l’intrigue. L’histoire est simple, Roger Brown est chasseur de tête, il doit trouver les futurs patrons de grandes et il vole régulièrement des œuvre d’art qu’il revend ensuite afin de subvenir au train de vie exorbitant de sa femme. Bien entendu, lorsqu’il décide de voler une superbe œuvre à sa dernière recrue les choses ne se passe plus comme prévu…. Jo Nesbo nous amène la ou il l’a décidé et avec brio.

Je vous laisse découvrir cet auteur si vus ne le connaissais pas sinon une relecture peut être aussi intéressante.

Bonne lecture à tous…

chat-europeen-860070599

Publicités

LES LOIS DU CIEL par Grégoire COURTOIS

gregoire courtois

Présentation de l’éditeur

Les enfants de la classe de CP de l’école primaire de Claincy, dans l’Yonne, partent pour deux jours d’excursion en forêt. Aucun n’en reviendra. Parents d’élèves et instituteurs sont à leurs côtés. Mais même les adultes ne peuvent rien face aux lois de la nature. Pour les enfants, le froid, la faim, l’obscurité, un simple grincement deviennent le terreau de l’imagination. Bientôt la terreur s’insinue au coeur de l’équipée. Les barrières entre le monde des contes et la réalité s’effritent, jusqu’à ce que l’impensable se produise. Et ce n’est que le début de la fin.

Biographie de l’auteur

Né en 1978, Grégoire Courtois vit et travaille à Auxerre, où il dirige la librairie indépendante Obliques. Il est l’auteur de trois romans : Révolution, Suréquipée (Folio SF n° 574) et Les lois du ciel.
MON AVIS 
Que dire de ce roman, si ce n’est que pour ma part, il s’agit d’une surprise. Un ovni.
Très bien écrit, il nous raconte une sortie scolaire qui tourne au drame pour une classe scolaire, je ne vous en dirai pas plus au risque de vous dévoiler une partie de l’intrigue.
Ce roman mêle à la fois du fantastique, de la noirceur, une petite part de douceur. un mélange étonnant et détonnant. Je vous conseille cette lecture si vous cherchez un roman qui sort de l’ordinaire.
Chaque personnage nous livre ces états d’âme, émotions sans demi mesure, certains du haut de leur 4 ans.
Une belle surprise (je sais, je me répète…).
chat-europeen-860070599

UBAC par Elisa VIX

ubac

Présentation de l’éditeur

Cette saison-là, les loups sont revenus dans la vallée. Et Nadia est arrivée. Nadia dont Estelle n’avait jamais entendu parler. La sœur jumelle de son mari pourtant. Après quatre années passées à New York, elle s’est installée dans le chalet de l’ubac, chez les jeunes époux. Là où ils ont fait leur nid voici quelques mois à peine, juste après leur mariage. Mais avec la présence de Nadia, quelque chose a changé. Estelle a commencé à avoir peur. Peur pour son bébé. Sa petite Lilas si fragile. Si essentielle. Avec un art consommé du suspense, Elisa Vix signe un texte glaçant dans le décor impérieux des Alpes hivernales. Le temps d’une saison de neige, tout peut basculer, dans plus d’une vie.

Biographie de l’auteur

Née en 1967, Elisa Vix a notamment publié La Nuit de l’accident (2012, prix Anguille sous roche 2012) et L’Hexamètre de Quintilien (2014). Dans la série Thierry Sauvage, le dernier roman paru est Le Massacre des faux-bourdons (2015). Deux précédents romans de la série ont été adaptés pour France 2 : La Baba-Yaga et Bad dog.

Mon avis

Je dois vous avouer que ce roman m’a laissé sur ma fin, le personnage principal est très bien décrit, on ressent ces émotions à travers le choix de l’auteur de l’emploi de la première personne. Mais ce choix rend les autres personnages plutôt stéréotypés. L’histoire est plutôt simple, Nadia voit arriver sa belle sœur dans sa vie et celle-ci  bien rangée commence à voler en éclats, le comportement de son mari change, la vie de son bébé est en danger, tout ça par la faute de sa belle sœur.

Commence alors pour elle, une enquête sur cette belle sœur qui va changer la vision qu’elle a de son mari….

Voilà, je ne vous en dit pas plus afin de vous laisser découvrir ce roman. En toute honnêteté, je ne vous conseillerai pas d’acheter ce roman mais si il est déjà dans votre PAL, vous pouvez le lire…. ou pas.

Bonne lecture à tous.

 

chat-europeen-860070599

 

 

LA PATIENCE DU DIABLE par Maxime CHATTAM

 

Présentation de l’éditeur

Des gens ordinaires découverts morts… de terreur.
Un go-fast qui transporte bien pire que de la drogue…
Et dans ce qui semble être l’antichambre de l’enfer : un homme retrouvé sauvagement égorgé.
Lieutenant à la section de recherche de Paris, Ludivine Vancker comprend bientôt qu’un fil sanglant relie ces faits divers. Le mal qui ronge le monde, elle le connaît. Elle le côtoie depuis trop longtemps. Alors elle plonge, prête à nager dans l’horreur pour en retrouver la source.
Là-bas, le diable l’attend, patiemment.

 » Efficace et glaçant.  » Hubert Lizé – Le Parisien

 » Un thriller qui va (encore) faire un malheur.  » Le Point

Un mot de l’auteur

Né en 1976 à Herblay, dans le Val-d’Oise, Maxime Chattam fait au cours de son enfance de fréquents séjours aux États-Unis, à New York, à Denver, et surtout à Portland (Oregon), qui devient le cadre de L’Âme du mal. Il s’inscrit à 23 ans aux cours de criminologie dispensés par l’université Saint-Denis. Maxime Chattam se consacre aujourd’hui entièrement à l’écriture. Il vit à côté de Chantilly, dans l’Oise.

 

MON AVIS

Ce livre reprend les personnages du roman précédent « la conjuration primitive », il nous plonge au sein de la section de recherche de la gendarmerie de Paris qui enquête après l’interception d’un go fast, sur une série de meurtres qui laisserait penser que le diable en personne en est l’auteur. Pour ma part, c’est à ce moment là que j’ai plus ou moins décroché, l’auteur part dans des digressions ésotériques. Je dois dire que j’ai été déçu car étant un admirateur de la première heure, j’ai eu l’impression d’un manque d’idée donc on nous noie dans des détails, avec un manque de crédibilité incroyable. Soit on essaye de faire du fantastique soit on essaye de faire un vrai thriller. Le problème de  l’auteur s’est d’avoir voulu mélangé les genres avec  pour ma part un gros constat d’échec. La fin est tellement prévisible que je vous laisse le soin de me dire si vous avez aimé. Je ne remets en cause la qualité d’écriture de l’auteur qui n’est plus à démontrer, je suis juste déçu au regard de ses précédents romans qui m’avait habitué à l’excellence.

J’espère que c’est juste un faux pas de sa part.

 

Bonne lecture à tous.

 

chat-europeen-860070599

TERRITOIRES par Olivier NOREK

 

territoires

Présentation de l’éditeur

À Malceny, dans le 93, on est habitués aux règlements de comptes. Mais un nouveau prédateur est arrivé en ville et, en quelques jours, les trois plus gros caïds du territoire sont exécutés. Le capitaine Coste et son équipe vont devoir agir vite, car leur nouvel ennemi s’implante comme un virus dans cette ville laissée à l’abandon, qui n’attend qu’un gramme de poudre pour exploser. Une ville où chacun a dû s’adapter pour survivre : des milices occultes surentraînées, des petits retraités dont on devrait se méfier, d’inquiétants criminels de 12 ans, des politiciens aveugles mais consentants, des braqueurs audacieux, des émeutiers que l’État contrôle à distance de drone. Et pendant ce temps, doucement, brûle la ville.
La dernière affaire du capitaine Coste ? Elle se passe en enfer…

 » Le maître du polar.  » ELLE

 » Scénario au réalisme effarant. Dialogues aux petits oignons. Sens de la mise en scène. Pourvu qu’il récidive !  » L’Express

Un mot de l’auteur

Olivier Norek est lieutenant de police à la section Enquête et Recherche du SDPJ 93 (service départemental de la police judiciaire de Seine-Saint-Denis) depuis quinze ans. Code 93, son premier roman, a été largement salué par la critique et a reçu en 2015 le prix du public de Saint-Maur en Poche. Territoires (2014) et Surtensions (2016) sont aussi consacrés aux (més)aventures du capitaine Victor Coste et de son équipe. Surtensions a reçu le Prix du polar européen 2016 du Point et Le Grand prix des lectrices Elle, catégorie policier en 2017. Son dernier roman Entre deux mondes a connu un succès retentissant auprès de la presse et du public. Ses ouvrages sont publiés chez Michel Lafon et repris chez Pocket.
Olivier Norek a également participé à créer l’histoire de la sixième saison de la série Engrenages sur Canal +, et est le scénariste du téléfilm Flic tout simplement diffusé sur France 2 à la fin de l’année 2015.

Mon Avis

Deuxième roman de l’auteur est deuxième claque. Quel talent !! Je remercie Sharon de m’avoir fait découvrir cet auteur. L’histoire commence par la brigade des stups qui mène une surveillance discrète sur un groupe de dealer de la cité de Malceny dans le but d’accumuler des preuves afin de démanteler le réseau. Mais celle-ci tourne court quand les revendeurs sont assassinés sous leurs yeux.  Peu de temps après on retrouve le capitaine Coste et son équipe « crime 1 », cette fois-ci, ils enquêtent sur un mort découvert dans un garage à Malceny. Les deux affaires sont-elles liées ?

Cette redistribution des cartes dans la cité met à feu et à sang la ville de Malceny, la mairesse se démène afin de garder le contrôle de sa ville et de son fauteuil de maire.

Dans ce livre, l’auteur nous montre le vrai visage des politiques, les luttes de pouvoirs ou  l’argent est l’organe le plus important. Le capitaine Coste mène son enquête d’une main de maître même quand on pense qu’il est mille lieux de découvrir l’auteur de ces crimes, il nous surprend encore. Olivier Norek nous régale encore, et je vais me jeter sur ces autres romans, qui je l’espère seront du même acabit.

Si vous ne connaissez pas cet auteur, je vous recommande de prendre un de ces livres, vous allez vous régaler.

Bonne lecture à tous.

 

chat-europeen-860070599

IL ETAIT UNE FOIS L’INSPECTEUR CHEN par Qiu XIAOLONG

il etait une fois inspecteur chen.jpg

Présentation de l’éditeur

De son enfance en pleine Révolution culturelle, Chen Cao garde en mémoire les dénonciations et les quolibets dont son père a été l’une des victimes humiliées. Quelques années plus tard, jeune policier, Chen se charge d’une affaire aux relents de corruption : l’assassinat d’un commerçant spolié puis réhabilité. Cette première enquête le ramène aux heures sombres de la Chine de Mao et réveille un douloureux passé. Poète de cœur et policier de métier, il dénoue cette énigme de main de maître et devient l’incorruptible inspecteur Chen.

 » Le roman le plus émouvant de Qiu Xiaolong.  »

Les Échos

Un mot de l’auteur

Qiu Xiaolong est né à Shanghai en 1953. Lors de la Révolution culturelle, son père est la cible des révolutionnaires et lui-même est interdit d’école. Il émigre aux États-Unis après les événements de Tian’anmen. La série des enquêtes de l’inspecteur Chen est disponible en Points.

MON AVIS

Première incursion dans le polar chinois pour moi. Ce court roman (230 pages), nous permet de découvrir le régime chinois instauré par Mao. Je dois dire que l’auteur réussit avec brio à nous transporter dans ce régime communiste, les descriptions et le passé de l’inspecteur Chen prenne même le dessus sur l’enquête proprement dites. L’enquête n’est pas très original, elle se met surtout au service de l’auteur. Ce roman permet surtout de comprendre comment l’auteur crée son héros, ses amis puisés dans sa propre histoire. Il  nous fait également réfléchir sur la force de l’amitié, les aléas de la vie et les rencontres qui nous permettent d’avancer dans la vie. Ce roman m’a donné envie de découvrir d’autres romans de l’auteur.

chat-europeen-860070599

 

 

 

 

LA DAME DE REYKJAVIK par Ragnar JONASSON

 

DAME DE REYKJAVIK

Présentation de l’éditeur

Le couperet tombe : à 64 ans, Hulda est contrainte de partir à la retraite pour céder la place à un jeune policier fraîchement sorti de l’école. En attendant l’arrivée de ce dernier, elle est autorisée à rouvrir le Cold case de son choix. L’inspectrice aguerrie décide de se pencher sur une affaire d’homicide, traitée avec négligence par l’un de ses collègues. Il y a un an, Elena, une jeune demandeuse d’asile russe, a été retrouvée noyée à une trentaine de kilomètres de Reykjavik. Elle découvre rapidement que l’interprète qui l’aidait dans ses démarches n’a jamais été interrogée. Tout le monde a déjà oublié Elena, mais Hulda veut faire éclater la vérité. Une vérité qui pourrait mettre sa vie en danger….

Biographie de l’auteur

Ragnar Jonasson est né à Reykjavik en 1976. Grand lecteur d’Agatha Christie dès son plus jeune âge, il entreprend la traduction, à 17 ans de quatorze de ses romans en islandais. Avocat fiscaliste, il est aussi le cofondateur du Festival international de romans policiers Iceland Noir.

Mon avis : 

Ca fait quelques temps que je n’avais pas lu un nouvel auteur islandais, et je dois dire que ce nouveau (enfin pour moi) m’a particulièrement plu. L’auteur nous plonge dans la grande ville de Reykjavik, avec son personnage atypique, une policière sur le point de se retrouver confronté à la perspective de se retrouver à la retraite très très  rapidement.

L’auteur nous montre que certaines personnes sont tellement impliqués dans leur travail qu’ils n’ont pas d’autres activités à côté et que par conséquent, la retraite sonne comme l’arrivée de la grande faucheuse. Ce personnage principal est très tourmenté tout au long du livre et son comportement évolue sans cesse au gré des rencontres qu’il va faire.

Ajouté à ça,  une enquête qui va lui rappeler des souvenirs douloureux dans une Islande magnifiquement décrite, vous obtenez un très bon roman que l’on prend plaisir à lire.

Je ne vais en dire plus sur l’enquête car je préfère vous laisser la découvrir ainsi que son épilogue….

Si vous cherchez un roman policier de très bonne facture, je vous le recommande. Je dois avouer que j’ai trouvé une forte ressemblance avec un autre auteur islandais que j’affectionne Arnaldur Indridason.

Bonne lecture à tous…

chat-europeen-860070599